Restez informés de l'actualité du monde de la musique avec

LOGO LETTRE DU MUSICIEN

partenaire de FUSE 

Budget 2015 : la culture préservée, pas les conservatoires
On ne peut que se réjouir qu'en ces périodes de restrictions, la culture bénéficie d'un effort budgétaire constant. Mais la suppression de l'action en faveur des conservatoires interroge sur l'existence d'une politique d'enseignement artistique.

Devons nous nous féliciter, comme le fait la ministre de la Culture et de la Communication, de la préservation, dans le cadre de la loi de finances pour 2015, des crédits du ministère et de l'adoption d'une série de mesures fiscales essentielles pour le soutien à la création ? Certainement, mais...

Y-a-t'il matière à se féliciter ?

...Comme toujours, le diable se niche dans les détails. Et pour le non initié, la lecture des documents budgétaires reste complexe... surtout lorsque des administrateurs facétieux modifient le périmètre des "programmes".

Mais qu'est-ce qu'un programme ? un document remis à l'entrée du spectacle ? En langue de Bercy, il s'agit d'une thématique qui se décompose en un certain nombre d'actions pour l'Etat et ses établissements, dont les impacts sont évalués par une série d'indicateurs. Pour le secteur de la culture, il existe quatre programmes : "patrimoine" (175), "création" (131) et "transmission des savoirs et démocratisation de la culture" (224). C'est dans cette dernière catégorie que l'on retrouve les politiques liées à l'enseignement artistique spécialisé.

En entrant un peu plus dans le détail, le programme 224 se décline en quatre actions pour 2015 :

  • action 01 : soutien aux établissements d'enseignement supérieur et insertion professionnelle
  • action 02 : soutien à la démocratisation et à l’éducation artistique et culturelle
  • action 06 : action culturelle internationale
  • action 07 : fonctions de soutien du ministère (i.e. le fonctionnement du ministère)

Disparition pure et simple du soutien aux établissements d'enseignement spécialisé

En effet, plus aucune action en faveur de l'enseignement spécialisé, hors enseignement supérieur, n'est identifiée ! De fait, nous avions alerté dès 2013 sur la disparition progressive des crédits alloués aux conservatoires (cf. article d'octobre 2013). Cette disparition programmée se concrétise par la disparition pure et simple de l'action "03-Soutien aux établissements d'enseignement spécialisé", sans plus d'ambage.

De fait, certains crédits sont désormais transférés sur l'action "01-Soutien aux établissements d'enseignement supérieur et insertion professionnelle" : il s'agit de ceux alloués aux CRR et CRD, adossés à des pôles d'enseignement supérieurs ; et ils devront être intégrés dans les contrats de plan Etat-Région. 

Seule satisfaction pour FUSE : les crédits réservés pour le financement des aides individuelles ("bourses" pour les élèves de conservatoire hors enseignement supérieur) sont désormais (presque) fléchés dans l'action 01, au sein de la sous action "19-Bourses et aides". Ce qui constitue simplement un retour à la situation antérieure à 2011...

Pour les plus courageux d'entre vous, nous vous laissons savourer la présentation des orientations du programme 224, en vous recommandant la lecture (rapide) de l'argumentation développée sur les actions 01 (enseignement supérieur) et 02 (démocratisation culturelle)...

Il est grand temps de (re)penser une politique d'esneignement artistique avec toutes ses composantes, sous peine qu'un maillon entier de la chaîne entre l'éducation artistique et l'enseignement supérieur ne soit durablement fragilisé et ne remette en cause l'excellence des formations si bien mise en avant par le ministère.



Mis à jour le 30/12/2014