Restez informés de l'actualité du monde de la musique avec

LOGO LETTRE DU MUSICIEN

partenaire de FUSE 

Budget 2016 : retour des financements aux conservatoires
Après deux années de diminution du budget du ministère de la Culture, le budget 2016 est enfin stabilisé et on assiste au retour du financement des conservatoires sur des critères encore à définir.

"Renforcer l’accès de tous à la culture, c’est aussi nous appuyer sur les lieux de formation et de découverte – et je pense en particulier aux conservatoires. L’Etat sera de nouveau présent à leurs côtés. 13,5 M€ leur seront dédiés en 2016. C’est 8 M€ de plus qu’en 2015. Nous voulons en particulier qu’il y ait une plus grande diversité de disciplines enseignées : c’est inscrit dans le projet de loi relatif à la création."

Fleur Pellerin - 30 septembre 2015, à l'occasion de la conférence de presse de présentation du budget 2016 pour son ministère

13,5 M€ pour le « Plan conservatoires »

En 2016, le budget consacré au programme 224 - transmission des savoirs et démocratisation de de la culture (qui couvre à la fois l'enseignement supérieur, le soutien à l'éducation artistique et culturelle, et l'action culturelle internationale) bénéficiera d'une augmentation substantielle de 27 M€ par rapport au projet 2015.

Ce seront désormais 13,5 M€ qui seront alloués au financement du «Plan conservatoires», soit une hausse de 8 M€ par rapport à l'année dernière. Ce plan de soutien vise explicitement (cf. "PLF 2016 - Ministère de la culture et de la communication") :

«...les conservatoires dont le projet d’établissement portera un volet ambitieux d’éducation et de formation artistique en faveur de la jeunesse, de la diversité artistique et culturelle et de l’irrigation culturelle des territoires. 

Ce plan doit permettre d’accélérer l’ouverture des conservatoires au profit de toute la jeunesse, notamment des jeunes résidant dans des quartiers éloignés du centre-ville, d’encourager le développement de nouvelles disciplines et esthétiques afin de favoriser une plus grande diversité de profils d’amateurs mais également d’étudiants qui intègrent les établissements de l’enseignement supérieur culture. Il s’agit aussi de favoriser le travail en réseau des conservatoires sur les territoires avec les autres structures d’éducation artistique spécialisées et les structures culturelles.

Les nouveaux critères d’intervention de l’Etat sont en cours de discussion au sein d’un groupe de travail du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC).

Ce plan sera mis en œuvre dans le cadre de conventions spécifiques entre les Drac et les conservatoires.»

En revanche, nous restons vigilants car à la lecture du programme annuel de performance, ces fonds relèvent de l'objectif global relatif à l'éducation artistique et culturelle, et aucun indicateur ne porte sur le «Plan conservatoires». 

Des classes préparatoires à l'entrée des établissements d'enseignement supérieur

Afin d'élargir l'accès à l'enseignement supérieur culture, le gouvernement se propose de développer les classes publiques préparatoires. Dans un premier temps, il s'agit principalement de classes intégrées aux établissements gérés par le ministère de la culture. Mais le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine ouvre la voie pour des classes préparatoires au sein des établissements gérés par les collectivités, dans le cadre d'une labellisation.

«...Dans le cadre du projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, le Gouvernement encourage la création de classes préparatoires intégrées aux écoles relevant du réseau d’enseignement supérieur culture.

Des crédits exceptionnels ont ainsi été dégagés dès la rentrée 2015 pour ouvrir quatre classes dans le domaine du spectacle vivant (trois dans le domaine du théâtre et une dans le domaine de la danse).

Trois nouvelles classes préparatoires classiques seront ouvertes en 2016 dans les deux conservatoires nationaux supérieurs de musique de Paris et de Lyon et à l’école de Danse Cannes-Marseille.

Le financement consacré par l’Etat à ces classes préparatoires s’élèvera à 0,85 M€ en 2016.»

Un soutien aux étudiants les plus défavorisés

Les étudiants inscrits dans ces classes préparatoires intégrées bénéficieront de l'accès au logement étudiants et aux bourses sur critères sociaux. Pour ce faire, les crédits alloués à ces aides augmentent de 7%, à 38,5 M€.

Ces crédits financent également les aides aux élèves les plus défavorisés des conservatoires (1,1 M€, montant stable par rapport à 2015).

De bonnes nouvelles donc sur le versant "étudiant" du budget du ministère mais également en termes de principes : pour la première fois, il est reconnu l'intérêt de classes préparatoires pour un accès plus égalitaire à l'enseignement supérieur et la nécessité de doter ces étudiants d'un statut leur permettant de bénéficier des mesures sociales offertes dans les autres secteurs.

Reste à transformer l'essai en ouvrant des classes préparatoires sur l'ensemble du territoire, en s'appuyant sur le réseau des établissements classés par l'Etat et à intégrer dans une même dynamique, les étudiants suivant des cursus au sein d'établissements publics gérés par des collectivités.



Mis à jour le 12/10/2015 

Document téléchargeable associé à cet article :