Restez informés de l'actualité du monde de la musique avec

LOGO LETTRE DU MUSICIEN

partenaire de FUSE 

Journées CdF : oser la co-construction !
19&20 octobre dernier, Conservatoires de France invitait directeurs, professeurs, usagers à réfléchir ensemble en déployant une méthodologie passionnante. Retour sur ce parcours initiatique...

Les 19 et 20 octobre, FUSE était invitée aux journées de réflexion proposées par Conservatoire de France. Avec environ 120 autres participants, nous étions à réfléchir collectivement à des voies d'évolution pour les conservatoires. Témoignage d'une participante non professionnelle...

Le principal défi à relever n'était pas sur les cartons

Ces journées faisaient suite au forum de janvier 2015, d'éjà très participatif, qui avait permis de dégager plus d'une vingtaine d'axes de progrès. Près d'une année plus tard, après beaucoup de travail en interne et l'appui d'un cabinet spécialisé dans la moblisation de l'intelligence collective, Wigwam Conseil, le conseil d'administration de Conservatoires de France avait sélectionné 12 défis à relever collectivement.

Au delà de la thématique, passionnante évidemment, c'est bien la méthode proposée qui a retenu l'attention. Au départ sceptique (comment faire pour réfléchir à 120 !), j'ai été surprise par la pertinence de la méthode et son efficacité.

Bras gauche, évidemment

A notre arrivée, nous sommes tous affublés d'un "rôle" : tête, bras droit, bras gauche, jambe droite sur une étiquette que nous devons arborer sur nos vestes. J'écope d'un "bras gauche" : au delà du fait que c'est assez bien vu au regard de ma participation non professionnelle à ces journées, je m'interroge. A quoi cela peut-il bien servir ?

Le temps de partager un café et de saluer les personnes que je connaissais, et hop ! cela démarre... Et nous voilà avec notre première mission de ces deux jours : reconstituer un corps complet avec les autres participants. Trouver une tête, ne pas avoir deux bras gauche (un seul suffit) etc. On tente de rester avec ceux que l'on connait, mais cela ne fonctionne pas ! certains ont dû mélanger largement les fonctions. Heureusement, un groupe cherche son bras gauche... et me voilà recrutée dans le seul groupe 100% féminin de l'assemblée.

Aussitôt installés par groupes, nous recevons quelques consignes : garder une posture d'ouverture d'esprit, penser en divergence puis en convergence (ie alterner les phases de brain-storming et de recentrage en recherchant la pertinence), proscrire le oui mais...

48h pour relever le defi

Et nous voilà affublés chacun d'un défi que nous n'avons pas choisi... Mais heureusement nous pouvons le reformuler : 12 défis pour 27 groupes, nous sommes donc plusieurs à phosphorer sur les mêmes. Enfin, les mêmes c'est vite dit. C'est ce que nous verrons au bout du processus.

Le matériel ? 5 chaises, une table à genoux (un carton plume appuyé sur nos genoux, favorisant le rapprochement...), une boîte à trésor : post-it, stylos, feuilles, feutres, punaises... tout un arsenal pour travaux manuels.

Je tique sur les post-it : nous avons tellement soupé des méthodes de pensée post-dit que ces bouts de papier nous bloquent... Mais ici ils retrouvent leur fonction première : ils servent à noter à la volée tout ce qui nous passe par la tête au cours des phases d'échange.

27 affiches programmes au bout du processus 

Nous allons passer deux jours en travail intensif, collaboratif, tendu vers un seul objectif : à chaque étape, répondre aux consignes exigeantes de nos guides. Avec des moments surprenants : lorsque certains d'entre  se voit affublés d'un rôle de déconneur (sic) pendant que les autres sont des décodeurs. Une méthode visant en fait à detourner l'attention  en favorisant la créativité par association d'idées. Assez efficace je dois dire.

Autre découverte méthodologique dans l'arsenal en faveur de l'intelligence collective : la difficulté congénitale que nous avons, français, à positiver les propositions des autres et à se positionner en appui plutôt qu'en avocat du diable. Au passage, cela illustre assez bien les difficultés que nous avons à faire évoluer nos méthodes d'évaluation...

Au bout du compte, chaque groupe a produit une affiche programme, synthèse de sa réflexion et servant d'accroche à la présentation des pistes proposées pour répondre aux défis.

La place des parents réaffirmée 

Au delà de la richesse formidable des réflexions, dont nous attendons avec impatience une diffusion, la représentante des usagers que j'étais a été agréablement surprise par la place attribuée aux parents et aux élèves par les différents groupes. Une petite révolution est en marche....

Un grand merci à l'équipe de Wigwam pour ce parcours initiatique au pays de l'intelligence collective.



Mis à jour le 26/11/2015